Archives mensuelles : octobre 2015

Supérieur ou inférieur ?   

Cher humain qui me lis, si tu penses être « supérieur aux animaux » parce qu’humain, sache que tous les individus conscients et sensibles, quelle que soit leur espèce, en ont autant à ton égard. Les écureuils se savent supérieurs à toi, … Continuer la lecture

Cher humain qui me lis, si tu penses être « supérieur aux animaux » parce qu’humain, sache que tous les individus conscients et sensibles, quelle que soit leur espèce, en ont autant à ton égard.

Les écureuils se savent supérieurs à toi, humain, parce que tu es lent et incapable de grimper à un arbre, incapable de les attraper. Ils te savent dangeureux et violent, comme n’importe quelle brute psychopathe, mais être une dangereuse brute psychopathe ne fait que confirmer ton infériorité.
(De la même manière que jamais il ne te viendrait à l’esprit, à toi, humain, de dire qu’un ours, un lion, un tigre ou un requin est supérieur à toi. Pourtant en face à face, si tu n’y es pas préparé, c’est toi qui seras en danger, pas lui. Mais tu te défendras, parce que tu penses que ta vie vaut plus que la sienne.
Et de la même manière, il ne te viendra pas à l’esprit non plus de dire qu’un humain plus violent, plus cruel, plus puissant ou plus riche que toi t’est supérieur, qu’il a donc tout légitimité morale à profiter de toi. Qu’il ait le pouvoir de te menacer, t’asservir ou te détruire, ne lui donne pas une valeur morale supérieure.)

Les lapins se savent supérieurs à toi, humain, parce que tu ne sais pas creuser un terrier, tu ne sais pas courir, tu ne sais pas te cacher, tu ne sais pas rester discret. Tu hurles, tu es lent, tu es gros, tu es maladroit. Ton infériorité est évidente.

Les canards se savent supérieurs à toi, humain, parce que tu nages mal, tu ne sais pas voler, tu restes cloué au sol, tu ne sais même pas bondir.

Les truites se savent supérieures à toi, humain, parce que tu ne sais pas respirer sous l’eau, tu ne sais pas te mouvoir dans un liquide à une vitesse acceptable. Sous l’eau, tes sens sont terriblement atrophiés. Tu ne survis même pas en dessous de quelques dizaines de mètres de profondeur. Tu es ridicule.

Bien sûr, pour eux, comme pour tous les autres animaux, tu es aussi dangereux et menaçant, tu peux être brutal, violent, barbare, c’est à peu près certain. Et sournois aussi. Parfois diabolique. Et dévastateur. Autant de caractéristiques qui renforcent ton infériorité.

Et surtout, n’importe quel individu sensible et conscient, de n’importe quelle espèce, sait parfaitement que sa propre vie est la chose la plus importante au monde, que le monde n’existe qu’à travers ses propres yeux, ses propres sens. Que le monde existe parce qu’il est en vie pour le voir. Que sa propre vie a donc une valeur infinie. Que sa propre vie, et la vie des individus de sa famille, est plus importante que tout. S’il faut tuer un individu menaçant et violent pour survivre, alors c’est le choix logique et juste qu’il fera.
N’importe quel individu sensible, de n’importe quelle espèce, sait que sa propre vie a plus de valeur que la vie d’un individu menaçant.
N’importe quel animal sensible et conscient (humain ou non-humain) sait que sa propre vie a plus de valeur que la vie d’un humain qui le menace.

Chercher à donner une valeur à la vie d’autrui, à savoir qui est inférieur ou qui est supérieur, pour décider d’en tirer des choix moraux sur des critères autres que la capacité à souffrir et la volonté de vivre, c’est absurde. C’est un sophisme. C’est un anti-raisonnement. C’est un mensonge.

Publié dans Les personnes qui ne se mangent pas. | Laisser un commentaire